Formation à la pratique de l'hypnose Ericksonienne

L'Hypnose

Histoire brève de l'hypnose...

Tout le monde s'accorde à dire que l'hypnose est aussi vieille que l'humanité. Puisqu'il s'agit d'un phénomène naturel. Mais l' hypnose, telle que nous la connaissons aujourd'hui, commence au XVIII ème siècle avec Mesmer. C'est un médecin. Il veut démontrer l'existence d'un fluide subtil qui vient du cosmos et pénètre les corps. Il met en parallèle la force qui interagit entre deux aimants. Il appelle ce fluide "magnétisme animal". Sur la base de ses théories, Mesmer dispense des soins et connait un succès grandissant. Il crée une thérapie de groupe, le "baquet" à laquelle même Marie-Antoinette se rend.

Le corps médical voit d'un très mauvais oeil ces pratiques. Le docteur Deslon, disciple de Mesmer, créant son propre "baquet" est menacé à son tour de la radiation. Louis XVI nomme deux commissions pour enquêter et statuer. Leur rapport est sans appel:  elles réfutent toutes les deux l'existence du "magnétisme animal". Mesmer se retire. L'hypnose tombe en désuètude.

Puységur (officier, 1751-1825) reprend l'idée du baquet. Lors d'une séance, il découvre les effets de la suggestion alors que son patient tombe dans un sommeil différent du sommeil ordinaire.

 

Le mot "hypnose", encore aujourd'hui, est source de malentendus car assimilé au sommeil. En effet, il est issue du mot grec "hupnos" qui signifie sommeil. Mais s'il y a endormissement, il n'y a pas d'hypnose possible.

Formation hypnothérapeute Valence

Deleuze (naturaliste français 1753-1835) trouve une approche originale: il se laisse guider par le patient; il lui pose une série de questions destinées à le laisser donner lui-même la marche à suivre concernant le traitement. L'abbé Faria (1755-1825) vers 1813 combine la fixation de l’attention, les passes magnétiques, et suggestions verbales.

Faria est le premier à insister sur l’utilité des suggestions thérapeutiques et posthypnotiques. James Braid, chirurgien écossais, démontre que ce qu'on nomme la "transe" aujourd'hui, est un état différent de la veille et du sommeil, avec plusieurs degrés dans l'état hypnotique. En 1843 naissent les premières publications sur ce sujet, sous le nom d'Hypnose, au lieu de "magnétisme animal". Braid connut le succès mais aussi les déboires avec les instances médicales de son pays.

En 1866, Ambroise Auguste Liébault (médecin) crée l’école de Nancy (avec Berhneim professeur et neurologue) et démontre l’importance de la suggestion verbale dans le phénomène hypnotique. Pour Liébeault, les passes magnétiques sont superflues. Il pense également que tout le monde est hypnotisable, à des degrès divers. En 1878, Jean Martin Charcot, neurologue, fonde l’Ecole de la Salpêtrière et réhabilite L’hypnose.

Cependant, sa théorie selon laquelle l’hypnotisabilité serait en lien avec l’hystérie des malades lui vaut une notoriété moindre que celle de Nancy. En 1900, Émile Coué, Pharmacien mondialement connu, crée sa célèbre méthode qui démontre l’importance de l’auto suggestion. Il invente l’auto-suggestion consciente. Il est fortement influencé par les travaux de Liébeault et Berhneim.

Plus près de nous

Freud s’interesse aux travaux de Charcot et ceux de Berhneim. Mais il abandonne l'hypnose pour se consacrer à nouvelle technique dont il est l'instigateur: la psychanlyse. La psychanalyse a du succès, l’hypnose tombe dans l’oubli.

Clark Hull (psychologue) réalise des expériences qui portent sur la suggestibilité (années 30). Son élève, Milton Erickson développe les techniques indirectes d'induction (à l'inverse de Hull qui pratique une induction standard). Pour lui, l'efficacité de l'hypnose vient de l'adaptation qui en est faite pour chaque patient. Il rencontre les membres de l'école Palo Alto (science de l'information et de la communication en rapport avec la cybernétique) ainsi que les fondateurs de la PNL (Bandler et Grinder).

Devenir hypnotiseur Valence